Dolma.

C’était un mardi comme d’autres.  Après un bon repas au restaurant avec des amies, repue et persuadée d’avoir terminé une excellente soirée, j’attendais le tram avec deux d’entre elles lorsque le téléphone sonne.  Une troisième, rejoignant sa voiture, vient de voir passer dans la rue… un furet.  Et nous appelle à l’aide pour attraper la bête.  En effet, la Place Flagey et ses environs n’ont rien d’un habitat pour cet animal domestique.  Il s’est certainement échappé ou a été mis dehors par quelqu’un.  Et dans cette zone où des véhicules circulent en permanence, il court énormément de risques à court terme.  Sauf que, complètement paniqué hors de son environnement, assez rapide, très agile et réputé pour ses petites dents pointues, le furet n’est pas non plus un animal facile à rattraper en rue…  Nous voilà donc parties pour une bonne vingtaine de minutes de chasse. :D   Finalement, je parviens à saisir l’animal, fatigué de courir et probablement un peu désespéré de ne trouver aucune solution plus acceptable.  L’une de nous suggère, en attendant, de l’appeler Dolma, du nom du restaurant dont nous sortons.

Dolma

S’il a bien tenté de nous mordiller pour se défendre lors de la course-poursuite, le furet tenu fermement ne montre plus aucune velléité d’agressivité, et s’endort même sur mes genoux dans la voiture de l’amie qui nous ramène chez moi.  Il y passera la nuit en attendant de pouvoir être examiné de plus près au cabinet.  Le lendemain matin, vérification faite, il n’a malheureusement pas de puce électronique – moyen d’identification très utile qui peut être implanté aussi chez un furet!  Il s’agit d’un jeune mâle non castré – remarquez que l’odeur me l’avait déjà suggéré… ;)   Je contacte alors la Ligue Nationale pour la Protection du Furet.  Aucun furet n’a été signalé perdu, et une place lui est alors réservée au refuge.

Vu la situation géographique du refuge et mon planning, Dolma passera une nuit au cabinet vétérinaire, bien installé en hospitalisation avec de l’eau et de la nourriture.  Et le lendemain, le voilà de nouveau en route pour être accueilli au refuge de la LNPF.  La LNPF est une association active depuis 1999, qui vise à sensibiliser et responsabiliser le public à la bonne détention de ces animaux domestiques qui ont des exigences particulières, différentes de celles des rongeurs et des autres carnivores domestiques (chiens, chats).  Le refuge permet de récupérer, revalider, resociabiliser les individus qui en ont besoin, et si possible de les faire adopter .  Il est possible également d’y laisser votre furet en pension et d’y acheter des accessoires, le tout au bénéfice du refuge.  Plus d’informations sur leur site.

Jusqu’à présent, personne n’a réclamé Dolma.  Il s’agit pourtant d’un furet extrêmement sociable qui a certainement appartenu à quelqu’un…  Est-il devenu indésirable?  Son odeur, la puberté atteinte, est-elle devenue insupportable et la castration jugée trop coûteuse? Toujours est-il que le malheureux, qui n’a certainement jamais appris à chasser ni à éviter les pièges de l’extérieur, s’est retrouvé dehors en pleine ville.  Mais sa bonne étoile lui a fait croiser notre chemin.  Et déjà, il a fait craquer un nouvel adoptant, qui espérons-le est prêt cette fois à assumer les frais et installations nécessaires à ce mustélidé, en échange de sa compagnie, de sa sympathie et de son espièglerie quotidiennes.

Dolma dans la plaine de jeux du refuge

Dolma dans la plaine de jeux du refuge

Ce contenu a été publié dans Les aventures de.... Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.