Zack!

ZackZack est un Jack Russel Terrier, mâle, de 12 ans.  Il m’est présenté parce que, de temps en temps, ses pattes se dérobent sous lui sans raison apparente.  A priori, son examen clinique n’indique pas qu’il ait mal quelque part plus que de raison pour un chien de son âge, ni aucun autre désordre neurologique ou musculaire que cette soudaine faiblesse ou incoordination intermittente inexpliquée.  Mis sous vasodilatateurs dans le but d’améliorer sa circulation périphérique et cérébrale en attendant d’avoir plus d’informations, il continue pourtant durant les jours qui suivent à perdre progressivement de la motricité, et ce au niveau des quatre membres.   Et à l’examen suivant, il présente une respiration anormalement amplifiée.  Malgré cela, il garde de l’appétit et son comportement habituel.

La prise de sang effectuée ne nous indique pas grand chose.  Tous les paramètres biochimiques sont normaux, aucun signe de problème musculaire, métabolique, hormonal ou organique n’est identifiable. Par contre, la formule sanguine montre une polyglobulie : Zack a trop de globules rouges circulants par rapport au plasma, son sang est donc trop épais, ce qui a pu le prédisposer à faire une embolie pulmonaire qui expliquerait sa respiration anormale.  Reste à chercher une cause à cette surproduction de globules rouges.

Les radiographies du thorax ne nous montrent pas non plus grand chose d’autre que des conséquences normales de son âge et peut-être de son sang épaissi.  L’échographie abdominale exclut la tumeur rénale – le rein fabrique l’EPO, qui avant d’être un produit dopant est une substance organique ;) qui stimule la production de globules rouges et une tumeur peut dès lors en causer la surproduction.  Elle montre par contre un foie un peu gonflé – alors que les paramètres hépatiques à la prise de sang sont normaux – et deux surrénales de trop grande taille.

Les surrénales, kesako?  Ce sont deux petites glandes situées au dessus des reins, d’où leur nom. Elles produisent entre autres le cortisol, une hormone indispensable à l’organisme qui a des effets à de nombreux niveaux.  Ici, rien dans la prise de sang ne laisse présager que les surrénales de Zack produisent trop de cortisol, mais en médecine, il ne faut jamais dire jamais…  Un scanner est alors réalisé.

Surrénale droite à l'échographie abdominale

Surrénale droite à l’échographie abdominale

Le scanner du crâne montre une masse conséquente sur l’hypophyse, et aucune autre lésion cérébrale ou cérébelleuse.  Il devient dès lors très probable que malgré que rien – sauf les globules rouges – ne l’indique dans la prise de sang de routine, Zack souffre bel et bien d’une maladie de Cushing.  Pour en savoir plus sur cette maladie, vous pouvez lire cet article que j’ai rédigé sur le site lebonchien.  Pour en être sûrs, il faut réaliser un test particulier, pour stimuler les surrénales de Zack et voir comment elles réagissent.

Mais entretemps, si jusque là Zack se portait comme un charme bien que ne tenant plus du tout sur ses pattes, le lendemain du scanner il refuse subitement de manger, vomit plusieurs fois et paraît apathique.  Je l’hospitalise d’urgence et de nouveaux examens indiquent… que le malheureux fait une pancréatite, une inflammation du pancréas qui peut s’avérer rapidement très grave chez le chien.  Comme si cela ne suffisait pas, il fait « en direct live » ce qui semble bien être une nouvelle embolie pulmonaire, et doit être mis sous oxygène durant quelques heures.

La situation devient alors franchement critique mais Zack, comme nous le verrons, est un battant.  A peine remis de son embolie et sous perfusion et médicaments depuis seulement quelques heures, il se jette sur l’aliment que je lui propose… et en 48h sera suffisamment stabilisé pour que je puisse effectuer le test hormonal, qui viendra confirmer le diagnostic : Zack souffre bien d’une maladie de Cushing, qui est à l’origine de l’augmentation de ses globules rouges, et d’une myopathie : les muscles sont infiltrés par du glycogène et deviennent inefficaces!

Pas encore remis sur pattes, mais avec son appétit et son entrain retrouvés, Zack peut rentrer chez lui avec la suite de son traitement contre la pancréatite et pour prévenir un nouveau thrombus, et débuter le traitement de son Cushing.  Un premier dosage de trilostane ne suffira pas à le stabiliser, il faudra suite à un nouveau contrôle sanguin augmenter son dosage médicamenteux.  Il sera mis également sous L-carnitine afin de favoriser la regénérescence musculaire.  En parallèle, ses gentils propriétaires emmènent Zack au centre Physiodog, pour lui faire suivre des séances d’hydrothérapie.  Des exercices sur un tapis roulant, le corps soutenu par la force de pression de l’eau – merci Archimède – vont l’aider à se remuscler progressivement et à maigrir un peu – vous ai-je dit que Zack a toujours été gourmand et un peu grassouillet? ;)

Zack, lors de sa première séance d’hydrothérapie :

Un mois plus tard, après une demi douzaine de séances d’exercice :

Plus de vidéos sur la chaîne YouTube du cabinet vétérinaire HCL…

Et… un mois plus tard, en dépit de tout ce qu’on aurait pu craindre, Zack est à nouveau debout sur ses quatre membres!  Un peu raide, avec une chute de temps à autre, mais néanmoins présentant une amélioration spectaculaire.  Sa prise de sang indique que même ses globules rouges ont repris de bonnes dispositions!  Grâce aux traitements médicaux mais aussi paramédicaux, à sa volonté de fer et au dévouement sans pareil de ses propriétaires, Zack peut aujourd’hui à nouveau courir comme à son habitude, et ce nous l’espérons tous pour quelques années encore!

Ce contenu a été publié dans Les aventures de.... Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.