L’hiver à quatre pattes…

Vous vous en êtes aperçus ces derniers jours : l’hiver est (finalement) arrivé ! Les températures sont à présent négatives, vous vous emmitouflez à nouveau avant de sortir pour supporter les frimas bien de saison, vous prenez garde au verglas sur les trottoirs ou sur la route, pour certains vous déblayez même la neige devant l’entrée… mais qu’en est-il de vos compagnons à quatre pattes ?

La résistance des animaux au froid dépend de plusieurs facteurs :

  • La race : certaines races de chiens sont originaires de régions froides et bénéficient de couvertures pilaires et graisseuses qui leur faciliteront grandement le passage de cette saison (et qui peuvent d’ailleurs leur compliquer la vie lors de canicules) comme par exemple le Terre-Neuve ou le Husky. A l’inverse, certaines races plus adaptées aux contrées ensoleillées peuvent souffrir beaucoup plus de l’hiver dans nos contrées. Les races à poil ras comme le lévrier par exemple seront bien plus sensibles au froid.
  • La taille : les petits chiens, en particulier les races miniatures, comme le yorkshire toy ou le chihuahua, sont plus sensibles au froid que les autres, ils devront donc être mieux protégés.
  • L’âge et l’état de santé : Les chiots et les animaux plus âgés sont plus fragiles, un animal immuno-déprimé par une maladie sera également plus sensible.
  • Le mode de vie : un animal habitué à vivre à l’extérieur (chiens de garde vivant au jardin, chiens de traîneau en meute) aura développé davantage de mécanismes de défense au froid qu’un animal qui ne sort de la douce chaleur de son foyer que pour la promenade biquotidienne.

Pour une bonne part, nos compagnons sont donc insuffisamment armés pour passer l’hiver sans quelques précautions indispensables.

Si votre chien fait partie des animaux à risque, n’hésitez pas à lui mettre un manteau pour ses sorties. Si vous voulez qu’on le remarque, vous pouvez en profiter pour lui trouver un motif coloré ou amusant, sinon il existe des modèles très sobres qui vous mettront à l’abri des plaisantins éventuels (la santé de votre animal avant tout).

Manteau de chien, Karl Lagerfeld, 1987 ©DR

S’il y va régulièrement, votre animal sautera éventuellement un toilettage pour garder une bonne couverture de poils durant les grands froids.

Si votre animal rentre mouillé d’une balade, séchez-le directement avec une serviette-éponge.

Lorsqu’il doit se balader dans la neige, il faut veiller à prévenir les engelures aux coussinets en y appliquant un baume protecteur avant chaque sortie.  N’hésitez pas à nous demander conseil. Le même baume pourra également être appliqué si nécessaire sur les autres zones sensibles : la truffe, l’extrémité des oreilles, le scrotum. Il existe également des solutions tannantes pour augmenter la résistance des coussinets à toute une série de stress, qui doivent être appliquées régulièrement plutôt en prévention, lorsque l’exposition du chien risque d’être importante. Lors d’une exposition imprévue mais prononcée (vacances au ski inopinées pour toute la famille par exemple), on peut carrément se diriger vers l’achat de chaussons adaptés pour toutou.

Un autre inconvénient des températures négatives est qu’elles impliquent des opérations de salage. Si elles sont indispensables aux piétons comme aux voitures pour éviter de fâcheux accidents, le sel est très corrosif pour les coussinets de nos animaux. Il est très important à chaque retour de promenade de bien rincer les pattes de votre chien à l’eau claire avant de les sécher, ce qui retirera les indésirables restes de neige ainsi que le sel.

De la même manière, le sel comme la neige peuvent causer de sévères inconvénients digestifs s’ils sont ingérés en trop grandes quantités. Tenez votre chien à l’œil lors des balades pour éviter qu’il lèche la neige ou le sol salé.

Plus anecdotique mais pas forcément inutile à rappeler : si vous devez transporter minou par exemple pour sa visite annuelle, en particulier s’il s’agit d’un chat d’intérieur, mettez une couverture sur sa cage de transport pour éviter qu’il prenne froid pendant le trajet.

Avec ces quelques conseils, vous voilà paré à profiter des joies de l’hiver avec votre animal préféré…  Si vous avez davantage de questions, n’hésitez pas à nous en faire part !

Ce contenu a été publié dans Conseils vie quotidienne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.